0c353ce81e0c8377f3f410688728cc26.jpg
1d1a76f93de1f2a99b0c1897da0b97a1.jpg
0e85256f5ecce6c8ae3f1db4558d96ef.jpg

Recherche

Collections

Collection d'anthropologie biologique

Partager


La collection du Musée de l'Homme est une des plus importantes du monde, et offre une très bonne représentativité statistique de la diversité de l'espèce humaine. Les restes humains sont étudiés soit dans une perspective anatomique (morphologie et évolution), soit bioarchéologique (mode de vie des populations disparues). Ces recherches mobilisent des techniques de pointe, que ce soit pour l'imagerie 3D, la biologie moléculaire ou les analyses biophysiques .

A l'origine on trouve le cabinet de curiosités attaché à la chaire d'anatomie et de chirurgie du Jardin du Roi, créé en 1635. Il s'agissait alors de quelques préparations anatomiques, de pièces pathologiques et de modèles de cire. Mais c'est sur cette collection, qui a déjà une vocation didactique, que va se bâtir l'une des plus grandes collections anthropologiques du monde.
Les collections d'anthropologie physique (ou anthropobiologie) vont connaître un très grand essor au cours du XIXe siècle à la faveur des grandes expéditions scientifiques du Muséum .C'est également au XIXe que furent entreprises en France diverses fouilles dans des sites préhistoriques ou protohistoriques, qui ont fourni de nombreuses séries.
Au XXe siècle, les collections s'enrichissent encore à l'occasion de fouilles préhistoriques ou à la faveur de grandes missions comme celle de Dakar-Djibouti (Griaule), celle de la côte orientale du Groenland (Victor et Gessain) ou celle de l'Amérique du Sud (Emperaire).

On peut classer ces collections en plusieurs sous-ensembles :

Une collection ostéologique (16 000 crânes, plus de 1000 squelettes, dont 360 squelettes montés, etc.). Elle comporte notamment de nombreux objets-témoins de pathologie osseuse (dont certains sont fort heureusement devenus des raretés et sont d'autant plus précieux pour la recherche : acromégalie, rachitisme, Leontiasis ossea, syphillis, fractures de tout type, lésions d'origines diverses ; trépanations, déformations intentionnelles, etc. – plus de 2000 pièces), 230 préparations anatomiques, un ensemble exceptionnel de crânes et de squelettes d'âge connu (dont la collection Portal et 140 squelettes de fœtus), des pièces précieuses d'ethno-anthropologie (crânes gravés, surmodelés, têtes réduites ou « tsantsas » d'Equateur, etc.) ;

Une collection de momies égyptiennes, canariennes et sud-américaines (80 pièces) ;

Une collection de moulages ethnographiques (plus de 1000 pièces) ;

Les collections phrénologiques de GALL et de DUMOUTIER (crânes et moulages de bustes de personnages célèbres ou obscurs du XIXe siècle) – plus de 1000 pièces ;

Une collection paléontologique, qui constitue la plus importante collection de restes humains fossiles (plus de 600 pièces), à savoir :

  • des Hominidés du Pléistocène moyen : Fontéchevade, Montmaurin (France) ;
  • des Néandertaliens célèbres : La Chapelle-aux-Saints, La Ferrassie, La Quina, Malarnaud, l'enfant de Pech de l'Azé (France) ;
  • des Hommes du Paléolithique supérieur : Cro-Magnon, l'Abri Pataud, La Madeleine, Aurignac (France)...
  • une très importante collection de squelettes néolithiques provenant de sites divers : Abbeville, Almières, Les Beaumes Chaudes, L'Homme Mort, Les Mureaux, la vallée du Petit Morin, Pinterville, Port-Blanc, Sauveterre, Solutré, Vendrest, etc.

Une collection de moulages de fossiles dont les originaux sont conservés ailleurs (plus de 1000 pièces) ; cette collection est constamment enrichie ;

Une collection zoologique (300 pièces), comprenant des squelettes de primates et d'animaux divers, à des fins comparatives ;

Une collection de sculptures, avec notamment 15 bustes en marbre et en bronze exécutés par Charles Cordier pour le Muséum afin de servir de modèles de référence des types humains.

Citons encore les instruments de mesure provenant de la collection Broca, qui témoignent des méthodes de l'anthropologie physique du XIXe siècle.

 

Responsable scientifique : Alain Froment (UMR Paloc),
Chargée des collections : Philippe Mennecier (UMR 7206)

 

Recherche

Collections

Collection d'anthropologie biologique

Partager


La collection du Musée de l'Homme est une des plus importantes du monde, et offre une très bonne représentativité statistique de la diversité de l'espèce humaine. Les restes humains sont étudiés soit dans une perspective anatomique (morphologie et évolution), soit bioarchéologique (mode de vie des populations disparues). Ces recherches mobilisent des techniques de pointe, que ce soit pour l'imagerie 3D, la biologie moléculaire ou les analyses biophysiques .

A l'origine on trouve le cabinet de curiosités attaché à la chaire d'anatomie et de chirurgie du Jardin du Roi, créé en 1635. Il s'agissait alors de quelques préparations anatomiques, de pièces pathologiques et de modèles de cire. Mais c'est sur cette collection, qui a déjà une vocation didactique, que va se bâtir l'une des plus grandes collections anthropologiques du monde.
Les collections d'anthropologie physique (ou anthropobiologie) vont connaître un très grand essor au cours du XIXe siècle à la faveur des grandes expéditions scientifiques du Muséum .C'est également au XIXe que furent entreprises en France diverses fouilles dans des sites préhistoriques ou protohistoriques, qui ont fourni de nombreuses séries.
Au XXe siècle, les collections s'enrichissent encore à l'occasion de fouilles préhistoriques ou à la faveur de grandes missions comme celle de Dakar-Djibouti (Griaule), celle de la côte orientale du Groenland (Victor et Gessain) ou celle de l'Amérique du Sud (Emperaire).

On peut classer ces collections en plusieurs sous-ensembles :

Une collection ostéologique (16 000 crânes, plus de 1000 squelettes, dont 360 squelettes montés, etc.). Elle comporte notamment de nombreux objets-témoins de pathologie osseuse (dont certains sont fort heureusement devenus des raretés et sont d'autant plus précieux pour la recherche : acromégalie, rachitisme, Leontiasis ossea, syphillis, fractures de tout type, lésions d'origines diverses ; trépanations, déformations intentionnelles, etc. – plus de 2000 pièces), 230 préparations anatomiques, un ensemble exceptionnel de crânes et de squelettes d'âge connu (dont la collection Portal et 140 squelettes de fœtus), des pièces précieuses d'ethno-anthropologie (crânes gravés, surmodelés, têtes réduites ou « tsantsas » d'Equateur, etc.) ;

Une collection de momies égyptiennes, canariennes et sud-américaines (80 pièces) ;

Une collection de moulages ethnographiques (plus de 1000 pièces) ;

Les collections phrénologiques de GALL et de DUMOUTIER (crânes et moulages de bustes de personnages célèbres ou obscurs du XIXe siècle) – plus de 1000 pièces ;

Une collection paléontologique, qui constitue la plus importante collection de restes humains fossiles (plus de 600 pièces), à savoir :

  • des Hominidés du Pléistocène moyen : Fontéchevade, Montmaurin (France) ;
  • des Néandertaliens célèbres : La Chapelle-aux-Saints, La Ferrassie, La Quina, Malarnaud, l'enfant de Pech de l'Azé (France) ;
  • des Hommes du Paléolithique supérieur : Cro-Magnon, l'Abri Pataud, La Madeleine, Aurignac (France)...
  • une très importante collection de squelettes néolithiques provenant de sites divers : Abbeville, Almières, Les Beaumes Chaudes, L'Homme Mort, Les Mureaux, la vallée du Petit Morin, Pinterville, Port-Blanc, Sauveterre, Solutré, Vendrest, etc.

Une collection de moulages de fossiles dont les originaux sont conservés ailleurs (plus de 1000 pièces) ; cette collection est constamment enrichie ;

Une collection zoologique (300 pièces), comprenant des squelettes de primates et d'animaux divers, à des fins comparatives ;

Une collection de sculptures, avec notamment 15 bustes en marbre et en bronze exécutés par Charles Cordier pour le Muséum afin de servir de modèles de référence des types humains.

Citons encore les instruments de mesure provenant de la collection Broca, qui témoignent des méthodes de l'anthropologie physique du XIXe siècle.

 

Responsable scientifique : Alain Froment (UMR Paloc),
Chargée des collections : Philippe Mennecier (UMR 7206)