0c353ce81e0c8377f3f410688728cc26.jpg
1d1a76f93de1f2a99b0c1897da0b97a1.jpg
0e85256f5ecce6c8ae3f1db4558d96ef.jpg

Actualités et productions

Séminaires

Fabric-Acteurs de Patrimoine

Partager


Le séminaire « Fabric-acteurs de patrimoine : Implication et participation des chercheurs dans les processus de patrimonialisation au Sud » se propose de poursuivre les réflexions commencées en 2000 sur les processus de construction (et de déconstruction) des patrimoines dans les pays du Sud et les représentations qui leur sont associées.

Présentation

Le séminaire poursuit les réflexions sur les processus de construction (et de déconstruction) des patrimoines dans les pays du Sud en explorant le rôle et la place des chercheurs. Seront privilégiées les interventions présentant des exemples au Sud, où la patrimonialisation est induite par des institutions – qu'elles soient internationales, nationales, voire locales, et appuyées ou non par des chercheurs, sans se limiter à celles-là. Une approche pluridisciplinaire, associant notamment sciences humaines et sociales et sciences de la nature, sera appréciée pour mieux comprendre les enjeux de la patrimonialisation et répondre à un grand nombre de questions : Comment mener une recherche sur la patrimonialisation dans l'interdisciplinarité et le partenariat ? Quelles sont les différentes formes que revêt la participation des acteurs (institutionnels et individuels ; chercheurs et populations) lorsque le patrimoine est en jeu ?...

Les Organisateurs

Marie-Christine Cormier-Salem (IRD, UMR 208 PALOC),
Yves Girault (MNHN, UMR 208 PALOC),
Dominique Guillaud (IRD, UMR 208 PALOC),
Dominique Juhé-Beaulaton (CNRS, UMR 7206 Eco-Anthropologie et Ethnobiologie),
Charles-Edouard de Suremain (IRD, UMR 208 PALOC)

Les lieux et les séances

Muséum National d'Histoire Naturelle, Jardin des Plantes – Paris 5ème
1 séance mensuelle le mardi de 14h30 à 17h00

Présentation détaillée du séminaire

La prochaine séance

Mardi 18 Novembre 2014 au MNHN – 14H30 à 17H00
« Salle Claude Helene » - 
47 rue Cuvier – Paris 5ème - Métro Jussieu

Igor BABOU
Professeur à l'Université de La Réunion

« Création et gestion de parcs naturels habités en Argentine et à l'île de La Réunion : hétérogénéité des savoirs en confrontation, et remise en cause de l'opposition entre savoirs savants et savoirs locaux »

Résumé :

Les parcs naturels inscrits sur la liste du patrimoine mondial constituent d'excellents analyseurs des rapports de nos sociétés à la nature, aux enjeux patrimoniaux, à l'hétérogénéité des échelles d'action et de décision politique, et à la circulation des savoirs. Dans le cas des parcs habités, les gestionnaires, les scientifiques, les politiques et les habitants impliqués dans une mise en patrimoine doivent ajuster leurs actions aux contradictions entre les ambitions universalistes de l'Unesco et la visée culturaliste de cette institution. Dans des contextes aux tensions multiples, des choix stratégiques pour la structuration des territoires sont légitimés par des savoirs également très hétérogènes : savoirs scientifiques confrontés à des savoirs locaux, certes, mais également savoir administratifs, de gestion, de communication, etc.

Cette hétérogénéité remet en cause la coupure binaire entre savoirs « locaux » et savoirs « formels » et interroge, de manière réflexive, la position du chercheur menant des enquêtes de terrain au nom du savoir des sciences humaines et sociales : ces dernières, tout comme les sciences de la nature, ne peuvent en effet plus prétendre à aucune extériorité vis-à-vis des savoirs mis en jeu.

La présentation se structurera autour de deux enquêtes de terrain menées dans des parcs naturels habités de la liste du patrimoine mondial : le parc régional de la Península Valdés en Patagonie argentine, et le parc national des Pitons, cirques et remparts de l'île de La Réunion.

 

Actualités et productions

Séminaires

Fabric-Acteurs de Patrimoine

Partager


Le séminaire « Fabric-acteurs de patrimoine : Implication et participation des chercheurs dans les processus de patrimonialisation au Sud » se propose de poursuivre les réflexions commencées en 2000 sur les processus de construction (et de déconstruction) des patrimoines dans les pays du Sud et les représentations qui leur sont associées.

Présentation

Le séminaire poursuit les réflexions sur les processus de construction (et de déconstruction) des patrimoines dans les pays du Sud en explorant le rôle et la place des chercheurs. Seront privilégiées les interventions présentant des exemples au Sud, où la patrimonialisation est induite par des institutions – qu'elles soient internationales, nationales, voire locales, et appuyées ou non par des chercheurs, sans se limiter à celles-là. Une approche pluridisciplinaire, associant notamment sciences humaines et sociales et sciences de la nature, sera appréciée pour mieux comprendre les enjeux de la patrimonialisation et répondre à un grand nombre de questions : Comment mener une recherche sur la patrimonialisation dans l'interdisciplinarité et le partenariat ? Quelles sont les différentes formes que revêt la participation des acteurs (institutionnels et individuels ; chercheurs et populations) lorsque le patrimoine est en jeu ?...

Les Organisateurs

Marie-Christine Cormier-Salem (IRD, UMR 208 PALOC),
Yves Girault (MNHN, UMR 208 PALOC),
Dominique Guillaud (IRD, UMR 208 PALOC),
Dominique Juhé-Beaulaton (CNRS, UMR 7206 Eco-Anthropologie et Ethnobiologie),
Charles-Edouard de Suremain (IRD, UMR 208 PALOC)

Les lieux et les séances

Muséum National d'Histoire Naturelle, Jardin des Plantes – Paris 5ème
1 séance mensuelle le mardi de 14h30 à 17h00

Présentation détaillée du séminaire

La prochaine séance

Mardi 18 Novembre 2014 au MNHN – 14H30 à 17H00
« Salle Claude Helene » - 
47 rue Cuvier – Paris 5ème - Métro Jussieu

Igor BABOU
Professeur à l'Université de La Réunion

« Création et gestion de parcs naturels habités en Argentine et à l'île de La Réunion : hétérogénéité des savoirs en confrontation, et remise en cause de l'opposition entre savoirs savants et savoirs locaux »

Résumé :

Les parcs naturels inscrits sur la liste du patrimoine mondial constituent d'excellents analyseurs des rapports de nos sociétés à la nature, aux enjeux patrimoniaux, à l'hétérogénéité des échelles d'action et de décision politique, et à la circulation des savoirs. Dans le cas des parcs habités, les gestionnaires, les scientifiques, les politiques et les habitants impliqués dans une mise en patrimoine doivent ajuster leurs actions aux contradictions entre les ambitions universalistes de l'Unesco et la visée culturaliste de cette institution. Dans des contextes aux tensions multiples, des choix stratégiques pour la structuration des territoires sont légitimés par des savoirs également très hétérogènes : savoirs scientifiques confrontés à des savoirs locaux, certes, mais également savoir administratifs, de gestion, de communication, etc.

Cette hétérogénéité remet en cause la coupure binaire entre savoirs « locaux » et savoirs « formels » et interroge, de manière réflexive, la position du chercheur menant des enquêtes de terrain au nom du savoir des sciences humaines et sociales : ces dernières, tout comme les sciences de la nature, ne peuvent en effet plus prétendre à aucune extériorité vis-à-vis des savoirs mis en jeu.

La présentation se structurera autour de deux enquêtes de terrain menées dans des parcs naturels habités de la liste du patrimoine mondial : le parc régional de la Península Valdés en Patagonie argentine, et le parc national des Pitons, cirques et remparts de l'île de La Réunion.